Offerta / Che cosa sono le nuvole ?

28/01/23 20H00 Projection,Performance

Cette soirée composée sonne le coup d’envoi d’un cycle d’évènements consacrés à la façon dont l’oeuvre multiple de Pier Paolo Pasolini fait parler et imaginer le temps présent. *

20h00 – Offerta,

Une performance de Bénédicte Davin, un film de Marco Perri
Conception Bénédicte Davin, Alain Wathieu et Marco Perri
Performance Bénédicte Davin
Mise en scène Alain Wathieu
Film Marco Perri

Un film et une performance qui dialoguent.
Des mots, ceux de Pasolini, nous rappellent la dureté du réel.
Le corps se fait offrande. Il agit tel une enveloppe déposée dans une urne bien cadenassée.
Des gestes bousculent les codes afin de retrouver une part d’authenticité.

20h30 – Che cosa sono le nuvole? Italie, 1967

un film de Pier Paolo Pasolini avec Totò, Ninetto Davoli, Franco Franchi, Ciccio Ingrassia, Laura Betti, Domenico Modugno

« Lorsque Uccellacci e Uccellini est terminé, Pasolini reste déçu par le film et, plus particulièrement, par l’utilisation de Totò, dont la théâtralité est écrasée par la structure idéologique du film. Pasolini lui-même l’explique clairement : « Lorsque j’ai terminé Uccellacci e Uccellini, je me suis rendu compte que l’idéologie avait beaucoup plus de poids que je ne l’avais prévu. C’est-à-dire que l’idéologie n’avait pas été entièrement absorbée par l’histoire, elle n’avait pas été entièrement transformée en poésie, en légèreté, en grâce. » Il décide alors de retourner travailler avec Totò (toujours associé à Ninetto) mais dans une tonalité plus surréaliste. »

……………………

*  » Un endroit est toujours, avant tout, un lieu de l’esprit qui existe et préexiste au physique, c’est une idée, un geste… une action qui devient un acte… peut-être… un focus sur Pasolini, non pas parce que c’est le centenaire de sa naissance (aujourd’hui 101e et .nous sommes d’ailleurs plus enclins à faire mémoire de l’anniversaire de sa mort que de celui de sa naissance) mais pour redécouvrir un des fils qui tient la vision et compose la réalité d’un espace. L’année 23 s’ouvre sur un crépuscule et nous devons partir de là, de la conscience des faits… qui sont l’expression d’états de fait et que le regard ne peut ignorer… quant à l’innocence, elle n’est plus de ce temps, l’espoir est une chose infâme, inventée par la classe dominante… nous vivons de conscience et non pas de l’espoir, et nous devons donc laisser le rêve continuer à se transformer en expérience, film, concert, performance, poésie, geste vivant. …malgré tout … que Don Quichotte continue à se battre contre tous les moulins à vent, qu’Achab continue à se battre sur toutes les mers de la terre à la recherche de la baleine, que le chapeau de Teresa continue à bouger et à séduire, que l’ombre de Keaton continue à monter et descendre pour faire le périmètre du Film tant qu’il y a des lieux et des espaces qui peuvent encore réunir des êtres rêveurs.

L’hommage à Pasolini nous rappelle quel est la tâche de l’artiste… le désir de scandaliser mais avec l’œuvre, dépasser la convention de la règle culturelle et se laisser découvrir par l’événement… qui par définition est toujours là où on ne l’attend pas, en tout cas au-delà de l’événementiel… « 

Marco Perri 

PAF :
10 / 8 euros

Réservation souhaitée
reservations@projection-room.com